3 Ambitions - 3 mutations - 3 Formations

Comment ça marche

 

1  CHOISISSEZ VOTRE WORKOUT

2  INSCRIVEZ-VOUS AU PROGRAMME

3  PRATIQUEZ VOTRE BUSINESS

L'académie du Business pour tous !

La conviction profonde de Babelbusiness, c’est que tout le monde peut et devrait faire du business, qu’il est une discipline qui s’apprend et se pratique, et non un talent inné réservé à une certaine élite. Pour nous, le business est plus qu’une histoire d’argent. Il est la possibilité de vivre une aventure économique et humaine, et constitue un puissant outil d’empowerment.

La méthode Babelbusiness a été élaborée par 2 entrepreneurs voulant tirer le meilleur comme le pire de leurs expériences business dans différents secteurs (Web, musique, média, textile, transport), et partager avec toutes les personnes désireuses de lancer ou gérer une activité un ensemble de propositions, bonnes pratiques ou mauvaises pratiques à ne pas reproduire !

Les programmes Babelbusiness sont accessibles à tou(te)s sans condition de diplôme, de ressources ou de créativité. Ce qui compte, c’est votre envie de faire des choses et votre capacité à être constant. Dans la vie comme dans le business, si vous ne faites rien il ne vous arrivera rien ! Nous sommes là pour vous encourager, mais nous ne ferons jamais rien à votre place.

 

Une méthode testée sur différents terrains

Il nous a fallu 3 ans pour mettre en place notre méthode et construire nos programmes. Si nos vécus business ont été un point de départ, nos observations et actions sur différents terrains ont su faire le reste ! C’est sur un panel de + 500 personnes que nous avons mené nos expériences. Voici un aperçu des premiers profils que nous avons pu étudier et accompagner.

Avec le groupe Danone

La cellule Direct-to-Consumer : nous avons travaillé avec ce géant mondial de l’agroalimentaire à la mise en place d’un canal de distribution alternatif, s’appuyant sur des micro distributeurs et micro promoteurs des produits et services Danone comme la « Goutte » et le site de d’achat et livraison Evianchezvous.com. Notre travail a consisté à détecter et former ces micro entrepreneurs indépendants. Ce projet a renforcé la volonté du groupe de se tourner vers le Direct-to-Consumer et donc, de s’éloigner de la distribution classique et suivre le client partout où il se trouve (sa maison, son bureau, ses lieux de loisirs…). Il nous a fallu développer des contenus adaptés au cahier des charges de l’entreprise et de ses services (supply chain, marketing, juridique), et aux spécificités du secteur, tout en initiant au business des personnes qui n’avaient jamais pratiqué cette activité. Nous avons alors compris que, quel que soit le produit, il existe des fondamentaux du business sur lesquels on ne peut faire l’impasse. Voilà comment est né le programme « Les 24 heures du Business ».

Les fondateurs de Babelbusiness ont été de véritables partenaires pour nous, à l’écoute de nos besoins et conscients des spécificités de notre secteur. Ils sont de fins connaisseurs des problématiques liées à l’entrepreneuriat et à la création d’entreprise. Ils ont su fournir des outils pointus et innovants, rendant la formation de nos distributeurs et promoteurs rapide, efficace, et en phase avec nos attentes commerciales et financières.

Élodie Neil, directrice Direct-to-Consumer de Danone

Avec Sciences Po

Le Centre pour l’entrepreneuriat : l’observation des startups incubées à Sciences Po (certaines au stade de l’idée, d’autres celui du prototype, d’autres encore à la commercialisation de leur premier produit) et le séminaire que nous animons (faisant partie du programme « Entrepreneur Starter Pack ») auprès des étudiants issus de différents Masters de l’école, nous ont permis de saisir deux choses : que les diplômes, même prestigieux, ne garantissent aucunement la réussite d’un business ; que de nombreux entrepreneurs évoluant au sein d’incubateurs ou espaces de coworking et donc, loin d’être isolés, se retrouvent malgré tout dans une solitude destructrice, et ne savent pas comment gérer leur activité. C’est à partir de ces observations que nous avons pensé à un programme de soutien quotidien aux entrepreneurs, afin de leur permettre de structurer leur business et de le développer en suivant un plan où figurent toutes les actions nécessaires à réaliser pour le faire tourner. Voilà comment est né le programme « Les 52 semaines du Business ».

Maxime Marzin, directeur du Centre pour l’Entrepreneuriat

Avec la Fondation HERA

Entrepreneurs against Human Trafficking : structure britannique intervenant au Royaume-Uni, dans les Balkans et aux États-Unis, HERA (Her Equality Rights and Autonomy) accompagne les personnes victimes de traite humaine et d’autres formes d’esclavage et de proxénétisme, en leur permettant d’accéder à l’autonomie économique. Après leur collaboration avec l’Imperial College London Business School, la fondation a choisi de s’associer au Centre pour l’Entrepreneuriat de Sciences Po et à Babelbusiness pour son implantation en France. Nous avons eu le privilège d’accompagner des femmes et des hommes aux origines et trajectoires variées dans la création de leur activité dans différents secteurs (services à la personne, textile, food tech…). Il a fallu s’adapter à chaque participant (certains ne parlant ni le français ni l’anglais, d’autres étant illettrés, d’autres encore faisant face à une grande précarité dans leur quotidien). Ces difficultés surmontées nous ont permis de nous rendre compte que la pratique du business était définitivement accessible à tou(te)s !

De la part de HERA France Association, permettez-moi d’exprimer notre appréciation profonde et notre gratitude pour les séminaires de Babelbusiness que vous avez animé pour les participants du programme HERA. Ils en ont tous énormément bénéficié et nous avons pu voir leur joie et les progrès qu’ils font déjà après cette expérience. Nous vous remercions pour la détermination et la confiance que vous avez donné à nos étudiants.

Dr. Lynellyn D. Long, Ph.D, fondatrice de HERA

Avec des Conseils généraux

Les départements des Yvelines (78) et des Hauts-de-Seine (92) : nous avons mené une expérimentation auprès de personnes allocataires du RSA voulant monter leur activité. L’accompagnement de cette population composée de femmes, d’hommes, de jeunes et moins jeunes, avec ou sans diplômes, nous a permis de comprendre les éléments qui empêchaient les individus de se lancer. Nous avons découvert que les principaux freins étaient d’ordre psychologique : la peur de l’échec, la peur du changement et l’attitude négative. Ils sont bien loin devant le manque de moyens ou le manque de compétences pourtant souvent mis en avant. Nous avons par la suite constaté que ces freins étaient les mêmes que ceux relevés par l’Agence France Entrepreneur dans son enquête nationale définissant l’Indice Entrepreneurial Français. C’est donc pour remédier à ces freins que nous avons lancé le programme « Les 60 minutes du Business », un outil pensé pour casser les idées reçues sur le business et révéler le potentiel de Business Person qui sommeille en tous.

Babelbusiness a su accompagner avec beaucoup de sérieux et de succès des personnes connaissant des situations personnelles très compliquées. Leur méthode a permis à des profils fragiles et connaissant beaucoup de précarité de prendre confiance en eux et de se lancer dans des projets prometteurs. C’est leur capacité à s’adapter à toutes les situations qui nous a poussés à travailler avec eux. Nous ne le regrettons absolument pas.

Agnès Etendart, directrice de l’action sociale du Conseil général des Yvelines